UNE ASSOCIATION ET UNE REVUE POUR PROTEGER ET FAIRE CONNAITRE LE MONDE VEGETAL

Sites Internet

Tela Botanica : http://www.tela-botanica.org/
Le Réseau Tela Botanica a pour vocation de contribuer au rapprochement de tous les botanistes de langue française au travers de ces multiples disciplines. Il s'adresse à toutes les personnes, physiques ou morales, intéressées par la connaissance et la protection du monde végétal, dans une éthique de respect de la nature, de l'homme et de son environnement.
Il permet à chacun de participer à des forums de discussion et au montage de projets collectifs portant sur la répartition des végétaux, la création de bases de données, la réalisation d'articles, d'ouvrages et d'outils informatique, le recensement des herbiers et des collections végétales, l'indexation des revues botaniques, l'harmonisation de la nomenclature végétale, etc.
Un index de la flore de France est accessible, ainsi qu’une base de données biblio, un annuaire d’organisme concerné par la botanique…

http://www.nhbs.com/
Site commercial anglais spécialisé dans la vente d’ouvrages naturalistes. Un site très riche en références tant pour la flore que pour la faune.

http://www.librairielanefdeslivres.fr

Autres ouvrages

BOTANIQUE : TRAITÉ FONDAMENTAL ;
LÜTTGE (Ulrich) ; KLUGE (Manfred) ; BAUER (Gabriela)
2002 ; 604 p. ; en Français ; Technique et documentation, Paris, 17x25 cm ; 105 €
En feuilletant rapidement, on découvre vite que sous ce beau titre se cache beaucoup de génétique, de biologie cellulaire, de biochimie et de procaryotes ! Certes la préface nous avertit que le terme de botanique doit inclure anatomie et embryologie, paléotobotanique (sic !) et pathologie. On peut être d'accord, mais je trouve que c'est quand même une imposture de consacrer, sous ce titre, plus d'un tiers de l'ouvrage à de la biologie moléculaire, des bactéries et des champignons ou encore à de la physiologie végétale. Ce livre est pourtant un succès de librairie. Les étudiants sont probablement attirés par le fait qu'il y ait plein de choses dans un seul bouquin. Les illustrations sont souvent trop petites et médiocres (rien à voir avec le " Raven "), les données sont trop souvent obsolètes, les cacographies nombreuses, et la traduction pose des problèmes pour de nombreux termes techniques. De plus, comme l'annonçait la préface, de multiples domaines sont bien abordés, mais on cherchera vainement la paléobotanique ou les méthodes systématiques modernes. Un vrai faux bon investissement.

ÉLOGE DE LA PLANTE ; POUR UNE NOUVELLE BIOLOGIE
HALLÈ (Francis)
1999 ; 348 p. ; en Français ; Éditions du Seuil, Paris, 15x24 cm ; 150 F
Francis Hallé est connu pour les missions du “ Radeau des cimes ” au-dessus des canopées des forêts tropicales et en tant que professeur de botanique à Montpellier. Il nous livre ici ses réflexions sur sa vision personnelle du végétal, basée sur près de quarante années de fréquentation des plantes, sur une importante recherche bibliographique et sur ses nombreux contacts avec des spécialistes du monde. Son livre constitue un vibrant plaidoyer pour que la plante et la botanique ne soient plus appréciées à l’aune du règne animal et de la zoologie qui ont toujours eu la préférence des humains. Cette “ partialité qui confine à l’injustice ”, F. Hallé en démontre les mécanismes à l’occasion d’une demi-douzaine de chapitres où il reprend l’état des connaissances actuelles en matière de morphogenèse, de structure cellulaire, de biochromie, d’évolution et d’écologie. Ce fabuleux cours comparant, en 350 pages, les règnes végétal et animal (et ceux qui sont maintenant considérés comme des règnes autonomes) lui donne l’occasion de poser les questions qui dérangent les dogmes et de proposer des idées novatrices (une supercolonie de fourmis n’est-elle pas en fait une plante ? La variabilité génétique se situe au sein de la plante et non pas dans sa population, etc.). F. Hallé donne aussi la parole aux poètes dont la sensibilité visionnaire a pressenti l’essence même du végétale et de l’animal (“ Mourir est le prix à payer d’être soi ”). Tous ceux qu’intéressent les questions de biologie seront accrochés par ce livre, que le néophyte trouvera peut-être d’un accès difficile pour certaines pages. Même si F. Hallé, en tant que scientifique de haut niveau, s’astreint à une approche la plus objective possible, son amour des plantes lui fait quelques (rares) fois quitter ce cadre, comme en page 81 ou il parle de la capselle et du xénope, “ une jolie petite herbe et une sorte de vilain crapaud ” ! Un livre, donc à lire absolument, ne serait- ce que pour comprendre les évolutions prévisibles de nos connaissances en matière de biologie végétale. Je ne saurais terminer cette lecture attentive et admirative du livre sans citer cette très belle phrase qui le clôture : “ Dans notre monde de frime, de fric, de pub, de bruit, de pollution et de brutalité, quel meilleur témoignage que celui des plantes, belles et utiles, discrètes et autonomes, silencieuses et d’une totale non-violence ? ”.

 

MONDE (LE) DES PLANTES, NUMÉRO SPÉCIAL "DU CENTENAIRE" ; n° 464
ESPEUT (M.) ; BOUCHER (Christian) ; collectif
1999 ; 108 p. ; en Français ; Le Monde des Plantes, Toulouse, 21x30 cm
Le Monde des plantes, cette revue botanique sobre, discrète mais terriblement efficace, nous offre à l’occasion de son centenaire un numéro très spécial (n° 464, 108 p.). Parcourant son petit historique, nous découvrons que cette revue, fondée en 1898 n’a pas toujours connu les heures fastes qu’elle vit aujourd’hui. Traversant tout le XXe siècle, Le Monde des plantes en a subi tous les rebondissements. À la lecture de certains passages de cette rétrospective, nous ne pouvons songer, sans émotion aux écueils et aventures que rencontrent Ferdinand et Courtial, dans "Mort à crédit", le roman de Céline, lors de la réalisation de leur petite publication scientifique. Revenant à ses plantes, la rédaction profite de ce numéro pour publier notamment un article très complet sur les violettes (Viola) du midi méditerranéen. Le Monde des plantes nous offre surtout une très utile synthèse des espèces protégées en France. Dans un premier temps est rappelé l’ensemble des textes français (liste nationale actualisée, listes régionales et départementales). Puis nous est proposée une ”synthèse départementale“, consistant en une liste des espèces protégées, classées dans l’ordre alphabétique, et actualisées en suivant la nomenclature de l’Index synonymique de la flore de France de M. Kerguélen. Un document de travail qui sera certainement très apprécié par les amateurs de botanique.

PLANTES (LES) À FLEURS : 306 FAMILLES DE LA FLORE MONDIALE
HEYWOOD (Vernon H.)
1996 ; 336 p. ; en Français ; Nathan, Paris, 21x28 cm ; 349 F
Ce livre paru en 1978 en Angleterre, détaille les caractéristiques de plus de 300 familles de plantes à fleurs (angiospermes) du monde entier. Pour chaque famille, une carte de répartition, une indication du nombres de genres et d'espèces qu'elle comprend, ainsi que les principales utilisations par l'homme sont données. Des dessins complètent ces descriptions. Un beau livre mais d'un accès plutôt réservé à l'usage d'initiés, même si tous les termes botaniques sont expliqués.

 

INVENTAIRE DES PLANTES PROTÉGÉES EN FRANCE
DANTON (Philippe) ; BAFFRAY (Michel)
1995 ; 293 p. ; en Français ; Nathan/AFCEV , Paris/Mulhouse, 24x30 cm ; 349 F
Cet ouvrage d'une qualité exceptionnelle traite de l'ensemble des plantes protégées au niveau national (en tenant compte des modifications récentes). Chaque espèce est présentée par une photo et un dessin (tous remarquables), une carte de répartition, un texte comprenant la description, l'écologie, les menaces existantes et les espèces proches. Sur les 429 espèces du livre, 20% sont liées à l'influence climatique du littoral ou inféodées aux habitats côtiers (dunes, estuaires, falaises … ). Ces taxons rares et parfois absents ou peu traités dans les flores classiques prennent toute leur dimension en image. Gageons que ce livre permette à tous (naturalistes, pouvoirs publics, aménageurs de tout poil … ) de mieux connaître ces espèces et de mieux les protéger. À ne pas manquer.

LA BOTANIQUE REDÉCOUVERTE
RAYNAL-ROQUES (Aline)
1994 ; 512 p. ; en Français ; Belin, Paris, 16x24 cm ; env. 26 €
Un ouvrage très pédagogique qui aborde des sujets aussi divers que la nomenclature, la systématique, la biologie, l'évolution…

Flores locales et régionales

FLORE DE LA FRANCE MÉDITERRANÉENNE CONTINENTALE
de Jean-Marc TISON et Philippe JAUZEIN,
avec Henri MICHAUD et le Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles.
Naturalia Publications, 2014 ; 2080 pages, 16x24 cm, 96€
Commandes à : Transfaire, F-04250 Turriers - 04 92 55 18 14 - www.naturalia-publications.com
Cette toute récente flore, conforme à la classification de l’APG III, couvre les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur (partie méditerranéenne), soit près de 5000 espèces et sous-espèces. Clés de détermination dichotomiques, plus de 6000 dessins au trait complétés par quelques 200 photographies en couleur pour les groupes complexes. Chaque espèce est décrite avec des précisions sur sa biologie, son écologie, ses aires de répartition.

FLORE DE LA DRÔME : ATLAS ÉCOLOGIQUE ET FLORISTIQUE
GARRAUD (Luc)
2003 ; 926 p. ; en Français ; Cons. bot. nat. alpin de Gap-C, Gap, 19x25 cm ; 44 €
Cette flore très récente, très complète, est en réalité un atlas car elle ne propose pas de clé de détermination.

NOUVELLE FLORE DE LORRAINE : NOUVELLE ÉDITION REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE DU MASSIF VOSGIEN
VERNIER (François)
2001 ; 544 p. ; en Français ; Kruch Éditeur, Raon-l'Étape, 15x21 cm ;
Flore régionale basée sur le mode dichotomique, elle permet la détermination des espèces et sous-espèces se trouvant à l'état naturel ou subspontané dans les départements de la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle et les Vosges (la frange gréseuse du massif vosgien est exclue). Malgré une formulation très synthétique et épurée, cet ouvrage constitue une mise à jour opportune des taxons susceptibles d'être rencontrés dans la région ; et ce, avec une nomenclature tout à fait actualisée. La pagination alterne agréablement le texte (constitué de la clé de détermination, de la nomenclature suivie du degré de santé régionale, de la période de floraison et du biotope), et les illustrations, issues principalement de la flore de Coste et du "Guide de dendrologie" de Jacamon. Cependant, la clé aurait gagné en clarté si les espèces uniques dans un genre n'étaient mélangées à la clé des genres elle-même. De même, différencier la typographie entre la dénomination latin et française aurait permis une approche plus facile de prime abord.

 

FLORE DES CAUSSES : HAUTES TERRES, GORGES, VALLÉES ET VALLONS (AVEYRON, LOZèRE, HÉRAULT ET GARD) - BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ BOTANIQUE DU CENTRE-OUEST NOUVELLE SÉRIE - NUMÉRO SPÉCIAL ; 14
BERNARD (Christian)
1996 ; 705 p. ; en Français ; Société botanique du Centre-Ou, Saint-Sulpice-de-Royan, 18x25 cm ; 450 F
Les prospections botaniques ont permis de recenser une foule d'observations floristiques matérialisées par un important herbier et une importante diapothèque. Ajoutée aux données puisées dans la bibliographie ou dans diverses collections botaniques anciennes, elles font aujourd'hui l'objet de cette flore, riche de près de 2 000 espèces de végétaux vasculaires, Ptéridophytes et Spermatophytes. Cette synthèse, la première pour l'ensemble du territoire caussenard, comporte sans doute des maladresses ou omissions, voire des erreurs. Elle doit être considérée comme une étape dans la connaissance de la flore de la région. Puisse-t-elle susciter de nombreuses et fructueuses recherches complèmentaires. Par ailleurs, ce document constitue un premier bilan de données floristiques qui pourront être prises en compte dans les opérations d'aménagement, de plus en plus pressantes et dévoreuses d'espaces sensibles, à laquelle une partie de la région des Causses se trouve aujourd'hui confrontée dans un contexte de déprise rurale.

VADE-MECUM DU BOTANISTE DANS LA RÉGION PARISIENNE
JEANPERT (H. E.)
1995 ; 496 p. ; en Français ; Librairie René Thomas, Paris, 12x21 cm ; 165 F
La réimpression de cet ouvrage publié en 1911 et réédité une première fois en 1977, fait suite à une demande et à un besoin de nombreux botanistes. Construite sur la nomenclature de "La Flore de France" de H. Coste, cette flore en emprunte aussi les clés de détermination et les dessins. Ceux-ci, au nombre de 1634, sont situés à la fin de l'ouvrage. Sa zone d'utilisation déborde, bien sûr, de la région parisienne y reste-t-il encore beaucoup de plantes à voir ? - et s'adapte aux régions de plaine de France et des pays limitrophes. L'intégrité de la réimpression a respecté l'avant-propos, garanti d'époque, qui délivre un message sur l'éducation naturaliste, on dit maintenant EE pour "éducation à l'environnement", avec une vision d'hygiéniste :" ... je dirais même inoculer à la jeunesse des deux sexes, cette passion (la botanique) noble et salutaire qui comme un sérum, tuerait dans l'esprit de l'enfant les germes des passions mauvaises et mineuses."

 
FLORE DE LORRAINE
VERNIER (François)
1994 ; 365 p. ; en Français ; Kruch Éditeur, Raon-l'Étape, 18x25 cm ; 290 F
Flore régionale basée sur le mode dichotomique, elle permet la détermination des espèces et sous-espèces se trouvant à l'état naturel ou subspontané dans les départements de la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle et les Vosges (la frange gréseuse du massif vosgien est exclue). Malgré une formulation très synthétique et épurée, cet ouvrage constitue une mise à jour opportune des taxons susceptibles d'être rencontrés dans la région ; et ce, avec une nomenclature tout à fait actualisée. La pagination alterne agréablement le texte (constitué de la clé de détermination, de la nomenclature suivie du degré de santé régionale, de la période de floraison et du biotope), et les illustrations, issues principalement de la flore de Coste et du "Guide de dendrologie" de Jacamon. Cependant, la clé aurait gagné en clarté si les espèces uniques dans un genre n'étaient mélangées à la clé des genres elle-même. De même, différencier la typographie entre la dénomination latin et française aurait permis une approche plus facile de prime abord.

FLORE LYONNAISE
NETIEN (Georges)
1992 ; 624 p. ; en Français ; Société Linnéenne de Lyon, Lyon, 15x21 cm ; 200 F
Le dernier ouvrage sur la flore lyonnaise datait de 1889 ; une sérieuse remise à jour s'imposait donc! L'auteur livre ici une synthèse de toutes les observations publiées depuis cette date. Une clef de détermination permet d'identifier 2 300 taxons et la répartition régionale des espèces est founie avec précision. Un travail qui s'adresse surtout aux botanistes (espèces non illustrées).

 

FLORE D'AUVERGNE
GRENIER (Ernest)
1992 ; 655 p. ; en Français ; Société Linnéenne de Lyon, Lyon, 18x25 cm ; 500 F
L'auteur a parcouru pendant une quarantaine d'années cette région et a recueilli ces observations. Avant lui, d'autres auteurs avaient contribué à la connaissance de la flore auvergnate. Mais l'ambition réussie de ce travail a été d'en restituer la totalité sans être une compilation des oeuvres publiées auparavant. Des clés de détermination précises, une nomenclature reprenant souvent celle de "Flora europaea", des descriptions des milieux et la répartition géographique de ces espèces en font un ouvrage de référence. La signalisation des espèces protégées est une indication importante, selon la liste nationale de 1982. Des dessins au trait de Chantal Bouard-Le Minor terminent le livre.

GRANDE (LA) FLORE ILLUSTRÉE DES PYRÉNÉES
SAULE (Marcel)
1991 ; 765 p. ; en Français ; Éditions Milan, Toulouse, 30x23 cm ; 580 F
Des monuments de la botanique se construisent encore ! Dans cette flore régionale, les 1 800 plantes du massif pyrénéen et de ses piémonts ont été illustées, patiemment, au trait. Les groupements végétaux sont développés en préambule. Des clés de détermination orientent le néophyte vers les genres et les principales familles. Le pari de l'auteur - mettre à la portée du plus grand nombre cette flore - semble être une réussite, bien que le fomat et le poids limitent son emploi à la bibliothèque. Le nom de la plante mis en avant est le nom français. Cela donne parfois, lors des traductions littérales du latin, des curiosités comme la drave de Dédé (DRABA DEDEANA) ou le daucus carotte (DAUCUS CAROTA). Les noms vernaculaires en différentes langues, en deçà et au-delà des Pyrénées, sont cités : catalan, aragonais, basque, occitan. La distribution pyrénéenne, l'habitat des plantes les plus remarquables donnent le ton au début du livre. Vignt-deux photos de plantes en couleur présentées dans l'ordre chronologique de leur floraison aux différents étages terminent agréablement cette flore. Un index, un lexique, une bibliographie et la liste des plantes protégées en France (y-en-a-t-il une en Espagne ?) complètent cette oeuvre botanique.

 

FLORE ILLUSTRÉE DE LA RÉGION NORD-PAS DE CALAIS ET DES TERRITOIRES VOISINS POUR LA DETERMINATION AISÉE ET SCIENTIFIQUE DES PLANTES SAUVAGES
FRANCK (J.) ; GEHU (J.-M.) ; DURIN (L.)
1989 ; 323 p. ; en Français ; Région Nord-Pas de Calais, Bailleul, 20x25 cm ; 270 F
Cette flore régionale peut être utilisée au nord d'une ligne Le Havre - Paris - Metz. Un tableau général sélectionne les familles puis des clés dichotomiques permettent d'accéder aux noms de genres et d'espèces. Une représentation très fidèle au trait des détails caractéristiques de la plante apporte une aide précieuse à la détermination. On peut déplorer cependant la qualité moyenne de l'impression de quelques dessins. La description comprend la nomenclature française et scientifique, les dimensions, l'époque de floraison, le type biologique (classification de Raunkiaer), l'habitat, l'appartenance phytosiologique, l'abondance dans le territoire de la flore et les propriétés médicinales et mellifères. Un lexique très utile termine l'ouvrage.

FLORE DU DOMAINE ATLANTIQUE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE
AUGER (Raymonde) ; LAPORTE-CRU (Jean)
1985 ; 530 p. ; en Français ; CRDP de Bordeaux, Bordeaux, 12x29 cm ;
Cet ouvrage reprend, pour les régions de plaine et de l'ouest de la France, la flore de France de l'Abbé H. COSTE. De plus, il est proposé au lecteur un lexique illustré, une approche phytogéographique des espèce du domaine atlantique, un calendrier pollinique, un chapitre sur les plantes mellifères, toxiques, médicinales et tinctoriales, un aperçu sur l'histoire de l'icononographie botanique, une bibliographie et un index étymologique.

Dictionnaires de botanique

DICTIONNAIRE DE BIOGÉOGRAPHIE VÉGÉTALE
DA LAGE (Antoine) ; MÉTAILIÉ (Georges)
2000 ; 580 p. ; en Français ; CNRS Éditions, Paris, 17x22 cm ; 195 F
Si les ouvrages sur les plantes en général sont légion, les références en matière de botanique – en français – ne sont pas fréquentes. Ce dictionnaire de biogéographie (étude de la répartition des êtres vivants ou de leurs communautés à la surface du globe et des facteurs ou des modalités de cette répartition), me semble toutefois faire partie de cette catégorie d’élite, de ces livres qui, s’ils ne trônent pas sur votre chevet, restent toujours dans un angle du bureau. Concision et efficacité sont les qualités des définitions de cet ouvrage. Elles sont en outre complétées par des notes des plus enrichissantes et précisées par les domaines d’emploi du terme. Mais les auteurs ne se sont pas satisfaits du seul vocabulaire de biogéographie : on y découvrira aussi les organismes et structures agissant dans les domaines de l’environnement (et le dédale de leurs sigles !), ainsi que des termes de droit de l’environnement, d’agronomie… On peut regretter toutefois deux manques : l’étymologie d’abord, et ensuite une correspondance en anglais.

DICTIONNAIRE DE LA BOTANIQUE
Collectif
1999 ; 1512 p. ; en Français ; Albin Michel, Paris, 14x21 cm ; 240 FF
Saluons ce livre de grande qualité qui, par son approche encyclopédique, offre des éclairages précis et complets, sur des thèmes liés à la botanique et à la mycologie : nomenclature et classification, histoire de la botanique, ethnobotanique, cytologie, biochimie, principales familles, etc. Il a fallu la contribution de 110 auteurs pour mener à bien ce travail d’envergure, qui est agréablement illustré de dessins et croquis scientifiques. En annexe, un petit glossaire apporte une définition concise d’environ 160 termes de botanique, comme on est en droit de l’attendre d’un dictionnaire "classique". Un livre qui permettra à ceux qui le souhaitent d’approfondir leurs connaissances botaniques.

 

DICTIONNAIRE PLANTES & CHAMPIGNONS
BOULLARD (Bernard)
1997 ; 875 p. ; en Français ; Éditions ESTEM, Paris, 21x30 cm ; 460 F
D’abaca à zygote voici plus de 4 500 définitions rassemblées dans ce dictionnaire consacré à la botanique. L’auteur n’en est pas ici à son coup d’essai puisqu’il avait déjà publié un petit dictionnaire sur ce thème en 1988. Aujourd’hui, il nous propose un travail beaucoup plus conséquent et complet, abondamment illustré de dessins et de quelques planches photographiques. Malgré un prix un peu élevé, il constitue un ouvrage de référence incontournable pour tous ceux qui doivent jongler avec les termes techniques botaniques absents des dictionnaires classiques ou souvent incomplètement traités dans les glossaires des flores.

GLOSSAIRE DE BOTANIQUE : AUTOFORMATION
AYOTTE (Gilles)
1994 ; 616 p. ; en Français ; Ibis Press, Paris, 17x23 cm
Curieusement les dictionnaires de botanique francophones ont fleuri ces derniers temps. Leur qualité est très inégale, et certains gros ouvrages n'ont que l'allure d'irréprochable. Assumant courageusement que la science ne saurait être monolithique et péremptoire, ce dictionnaire-ci donne, quand il y a lieu, plusieurs définitions par mot; une excellente idée, qui permet de croiser les différentes conceptions et approches. Bien que dépourvues d'illustrations, les définitions sont claires, rédigées dans une langue simple et efficace. Par contre, si des domaines comme la reproduction sexuée, les champignons, la biologie cellulaire, etc. sont bien représentés, l'ouvrage parle peu de paléobotanique, d'architecture, de morpho-anatomie ou encore de phytosociologie. Pour le prix c'est dommage.

DICTIONNAIRE DE BOTANIQUE
BOULLARD (Bernard)
1988 ; 398 p. ; en Français ; Ellipses/Éditions marketing, , 15x19 cm ; 130 F
En science, le respect du sens précis des termes s'impose. Grâce à cet ouvrage qui rassemble quelque 1 450 mots souvent accompagnés de dessins, le débutant pourra se repérer dans le "charabia" des scientifiques et l'amateur confirmé pourra y parfaire ses connaissances. Un livre pratique et utile pour ceux qui sont appelés à approfondir leurs connaissances dans ce domaine.

Monographies, flores thématiques

Les ouvrages présentés ci-dessous ne constituent qu’un petit aperçu des parutions existantes. L’essentiel des monographies parait en effet dans des revues de botanique.

FLORE FORESTIèRE FRANçAISE, GUIDE ÉCOLOGIQUE ILLUSTRÉ : PLAINES ET COLLINES ; 1
RAMEAU (Jean-Claude) ; MANSION (Dominique) ; DUMÉ (Gérard) ; et al.
1989 ; 1796 p. ; en Français ; IDF, Paris, 15x21 cm ; 61 €
Chaque espèce est illustrée au trait par les dessins précis de Dominique MANSION et la page en regard donne la description, la répartition (avec une carte), et l'écologie. C'est tout particulièrement ce dernier point qui fait l'intérêt de cet ouvrage se limitant aux espèces forestières. Les caractères distinctifs de chaque espèce sont mis en exergue sur le dessin avec un numéro renvoyant au texte.

FLORE FORESTIèRE FRANçAISE, GUIDE ÉCOLOGIQUE ILLUSTRÉ : MONTAGNES ; vol. 2
RAMEAU (Jean-Claude) ; MANSION (Dominique) ; DUMÉ (Gérard) ; et al.
1993 ; 2420 p. ; en Français ; IDF, Paris, 15x21 cm ; 67 €

FLORE DES CHAMPS CULTIVÉS
JAUZEIN (Philippe)
1995 ; 898 p. ; en Français ; Institut National de la recher, Paris, 18x25 cm ; 57,9 €
La flore des champs cultivés constitue un remarquable outil de détermination des plantes herbacées présentes dans les parcelles agricoles. Elle couvre de façon exhaustive tout le territoire français mais peut très bien être utilisée depuis l'Europe du Nord jusqu'à la frange méditerranéenne de l'Afrique du Nord. Elle comble une double lacune de l'édition francophone : pauvreté en documents concernant les mauvaises herbes et absence d'une flore française pratique, complète et moderne. Elle s'adresse aussi bien à des scientifiques et tant que référence pour la taxonomie et la nomenclature des adventices, qu'à toute personne souhaitant se perfectionner dans la connaissance des plantes sauvages grâce à une présentation pédagogique. Les enseignants et étudiants y trouveront une richesse en illustrations qui facilitent la démarche de détermination. Les professionnels pourront utiliser plus efficacement les clés de détermination grâce à une mise en évidence des mauvaises herbes importantes. Les botanistes y découvriront l'intérêt des zones cultivées et peut-être une motivation à les parcourir tout en préservant leur richesse.

 

FOUGÈRES (LES) ET PLANTES ALLIÉES DE FRANCE ET D'EUROPE OCCIDENTALE
PRELLI (Rémy) ; BOUDRIE (Michel), Collab.
2001 ; 432 p. ; en Français ; Belin, Paris, 18x28 cm ; 39,5 €
Les fougères ont longtemps été plutôt négligées par les botanistes français. Il faut dire qu'aucun ouvrage spécifique ne leur était consacré. Les flores classiques les (mal) traitaient en quelques pages et leur nomenclature plus que chaotique aggravait le problème. Et puis, il y a eu, en 1990, le premier livre de R. Prelli qui a réellement révélé au grand public (botanique !) l'intérêt et la beauté de ce groupe. Suite à ce premier guide systématique, parut en 1992 un Atlas écologique, en collaboration avec M. Boudrie. Le destin implacable d'un tel atlas est de motiver les botanistes à remplir les cases manquantes, et on peut dire que la connaissance des fougères a énormément progressé depuis ces années. Beaucoup de botanistes rêvaient d'un livre qui réunisse les deux précédents (le guide systématique et l'atlas) en intégrant les récentes avancées. C'est chose faite, et à une échelle inespérée, puisque toute l'Europe occidentale est couverte. L'ouvrage est magnifique, superbement illustré, bourré d'informations, passionnant. Saluons la naissance d'une nouvelle " bible ", d'un niveau rare dans l'édition naturaliste française.

ORCHIDÉES (LES) DE FRANCE, BELGIQUE ET LUXEMBOURG
collectif
1998 ; 416 p. ; en Français ; Biotope sarl, Paris, 17x25 ; 260 F
La Société française d’orchidophilie (SFO) nous propose, ici, le bilan des connaissances sur cette famille exceptionnelle qui a toujours retenu l’attention des naturalistes par sa beauté ou les particularités de sa biologie. L’ouvrage comprend une flore de la famille qui représente, sur le territoire considéré (la dition), 30 genres et près de 150 espèces ou sous-espèces. Les clés de détermination et l’analyse des taxons forment un ensemble d’environ 250 pages. Diverses études dûes aux meilleurs spécialistes donnent une vision plus globale : place des orchidées dans le monde végétal, morphologie et biologie, écologie et conditions de protection, mais aussi histoire et usages. Plus de 280 références bibliographiques, un glossaire (environ 400 termes), des tableaux décrivant la phénologie des orchidées, leurs insectes pollinisateurs, les statuts de protection, un index et une très belle iconographie (photos, dessins) complètent cet ouvrage remarquable.

FLORE PRATIQUE ILLUSTRÉE DES CAREX DE FRANCE
DUHAMEL (Gérard)
1994 ; 174 p. ; en Français ; Société nouvelle des éditions , Paris, 16x24 cm ; 198 F
Ce genre, qui prédomine dans les zones humides, comprend 112 espèces en France dont 18 sont protégées. Les flores en donnent une description succinte, très rarement illustrée. Voici un manque comblé : une silhouette monochrome des espèces et les détails permettant leur identification. Une clé d'identification nouvelle et originale, des données sur leur répartition et sur leur écologie devraient redonner du coeur aux amateurs en proie au découragement. Malgré les quelques hybrides que l'on pourra quelquefois rencontrer, les risques d'erreur de diagnose sont très limités car les cas de similitude ou de ressemblance sont évoqués.

 
FLORE ET CARTOGRAPHIE DES CAREX DE FRANCE
DUHAMEL (Gérard)
1998 ; 298 p. ; en Français ; Éditions Boubée, Paris, 16x24 cm ; 30,18 €
Réédition complétée de l’ouvrage précédent, cette flore des Carex de France outre une clé de détermination présente pour chaque espèce une carte de répartition et un dessin.

FESTUCA DU MASSIF-CENTRAL
1996 ; 116 p. ; en Français ; Édité par l'auteur, Vals-près-Le Puy, 21x30 cm ; env. 23 €
La mauvaise réputation des fétuques est célèbre ! Dans cet ouvrage Robert PORTAL tente de démystifier ce genre aussi fréquent que difficile à déterminer. Il nous propose ainsi une méthode détaillée et illustrée, qui sera d'un grand recours aux courageux débutants décidant d'affronter ce genre. Le passage par le microscope reste toutefois indispensable… Dans la seconde partie, les 40 espèces du Massif Central sont décrites et illustrées de dessins au trait, représentant la plante entière et ses détails morphologiques. L'écologie et la répartition sont abordées (disponible chez l’auteur).

FESTUCA DE FRANCE
1999 ; 372 p. ; en Français ; Édité par l'auteur, Vals-près-Le Puy, 15x21 cm ;
Tous ceux qui, pour des raisons qui ne peuvent être que géographiques, ne se sont pas jetés, corps et âmes, dans l’étude des fétuques lors de la parution des "Festuca du Massif Central", ne manqueront certainement pas de s’y atteler désormais. En effet, Robert Portal récidive en publiant une flore complète des fétuques de France. Toujours sur le même principe d’une double page par espèce, ce sont, cette fois, les 107 Festuca reconnues pour la France qui sont décrites, cartographiées et, surtout, superbement illustrées (en pleine page) par l’auteur. Évidemment, une clé de détermination précède ces fiches. Mais ce qui fait l’originalité de cet ouvrage, est indiscutablement la dizaine “ d’introductions ” de divers spécialistes, qui s’expriment sur le sujet. Rappelons, pour ceux qui désirent se lancer dans ce domaine, que le passage par les Festuca du Massif Central reste incontournable, du fait de l’excellent guide d’initiation à la détermination des fétuques que comprend ce document (disponible chez l’auteur).

 

BROMUS DE FRANCE
PORTAL (Robert)
1995 ; en Français ; Édité par l'auteur, Vals-près-Le Puy, 21x30 cm ; env. 19 €
Excellente monographie des bromes de France. Chaque espèce est illustré par une planche au trait détaillant tout les critères de reconnaissance (epillets, glumes…). Écologie, répartition sont également précisées.

ERAGROSTIS DE FRANCE ET DE L'EUROPE OCCIDENTALE
PORTAL (Robert)
2002 ; 432 p. ; en Français ; Édité par l'auteur, Vals-près-Le Puy, 16x24 cm ; 47 €
Le genre Eragrostis est constitué de petites graminées discrètes (néanmoins souvent très élégantes) à l’écologie fort originale. Dans nos régions, la présence des Eragrostis est très liée à l’activité humaine, ce qui va réjouir les adeptes des parkings, bords de routes, voies ferrées et autres sympathiques lieux urbanisés. Les espèces de ce genre, essentiellement originaires des régions inter ou subtropicales, se rencontrent désormais fréquemment sous nos climats et ne manquent pas de poser de sérieux problèmes d’identification. Ce sont 90 taxons originaires d’Afrique, d’Amérique, mais aussi d’Asie, d’Océanie et d’Europe qui sont rassemblés dans cet ouvrage. Comme dans ses ouvrages précédents (Festuca de France, Bromes de France), l’auteur nous présente chaque espèce en y consacrant une page de texte et une page de planches (toujours aussi précises, détaillant plante entière, épillet, caryopse…). Outre cette monumentale étude sur ce genre complexe, Robert Portal nous propose une série d’articles sur les Eragrostis en Europe, rédigée par différents spécialistes. L’ouvrage est évidemment doté de clés de détermination (en français et en anglais), et se clôt sur de superbes illustrations en couleur des épillets de l’ensemble des espèces et des caryopses les plus caractéristiques.

SEDGES OF THE BRITISH ISLES
JERMY (A. C.) ; CHATER (A. O.) ; DAVID (R. W.)
1982 ; 268 p. ; en Français ; Bot. Soc. of British Isles, Londre, 12x18 cm ; 13,95£
Ce guide présente l'ensemble des membres du genre Carex (Cypéracées) présents dans les Iles britaniques. Les illustrations des espèces sont remarquables et rassemble l'ensemble des détails nécéssaires à la détermination : écailles mâle et femelle, utricule, ligule, inflorescence et plante entière. Une clé de détermination est proposée en début d'ouvrage.

 

FLORE DES GRAMINÉES DE PROVENCE OCCIDENTALE
GIRERD (Bernard)
1988 ; 56 p. ; en Français ; Société Botanique du Vaucluse, Avignon, 17x23 cm ;
Ce manuel pratique donne un excellent aperçu des graminées de provence occidentale. Il est illustré des photocopies d'échantillons d'herbier qui, pour les graminées, conservent très bien leurs silhouettes. Chaque espèce est aussi illustrée d'un croquis grossier de l'épillet.

CALLITRICHES (LES)
SCHOTSMAN (Henriette Dorothea)
1967 ; 154 p. ; en Français ; Éditions Lechevalier, Paris, 22x28 cm ;
Datant de 1967, cette monographie sur les callitriches, genre rassemblant de petites plantes aquatiques appartenant à la famille des Callitrichacées, tente de faire le point sur la systématique en France de ce groupe complexe. 16 taxa sont décrits, cartes de répartition à l'appui. En 1987, l'index synonymique de la flore de France (M. Kerguélen) n'en retenait que 10.

La Garance Voyageuse

F-48370 Saint Germain-de-Calberte
+ 33 4 66 45 94 10

Envoyer un email

Votre panier

 x 

Panier Vide

Dernier numéro

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus