Questions de lecteurs

Suite aux questions reçues de la part de lecteurs de La Garance voyageuse, voici les réponses de la rédaction.

Si vous aussi vous souhaitez obtenir un éclaircissement concernant la revue et son fonctionnement, n'hésitez pas à nous envoyer vos questions à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">

Pourquoi y a-t-il autant de publicité de livres dans La Garance ?

Pourquoi reçoit-on La Garance par La Poste dans une enveloppe plastique ?

Comment est calculé le prix de La Garance ?
 



Pourquoi y a-t-il autant de publicité de livres dans La Garance ?

Les textes qui paraissent dans la revue ne sont pas des publicités ! mais un véritable service documentaire. Les éditeurs nous envoient un exemplaire de leur livre en service de presse afin que nous puissions vraiment lire et analyser leur contenu. Les textes sont écrits librement par les critiques (bénévoles ou salariés de l'association) et sans censure. Regardez bien et vous verrez que certains livres sont critiqués durement lorsqu'ils le méritent. De nombreux ouvrages sur les plantes paraissent chaque semaine, bien plus que ce que nous pouvons vous présenter ; il y a donc déjà un certain tri qui se réalise avant la parution. La diversité de nos lecteurs, curieux de nature ou naturalistes et botanistes plus pointus, fait que nous présentons une grande diversité d'ouvrages, du livre de cuisine à la flore de Somalie, pour que chacun puisse picorer ce qui l'intéresse dans les rubriques concernées (Lecture, Coin Jeunesse et En bref). La participation des lecteurs à la rédaction des analyses d'ouvrages est d'ailleurs la bienvenue ; si vous êtes intéressés pour participer, nous  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . L'ensemble des analyses que nous publions sert également à alimenter une base documentaire que nous espérons mettre en ligne sur Internet à moyen terme.



Pourquoi reçoit-on La Garance par La Poste dans une enveloppe plastique ?

Les plus fidèles lecteurs se souviennent sans doute qu'ils recevaient, il y a quelques années, La Garance voyageuse dans une enveloppe kraft ce qui, effectivement, paraît un matériau présentant un bilan écologique plus satisfaisant. À cette époque, nous faisions nous-même la mise sous enveloppe des revues et leur tri préparatoire au dépôt à La Poste ce qui représente le travail de quatre à six personnes volontaires mobilisées pendant environ 12 heures pour expédier un numéro. Le bénévolat a ses limites et ce travail, à accomplir quatre fois par an (souvent par les mêmes personnes vu le charmant isolement géographique du siège !), s'ajoutait à de nombreuses autres tâches occupant déjà soirées et week-ends.
Parallèlement, le nombre d'abonnés progressant, l'opération devenait de plus en plus longue et compliquée dans un local exigu, où il fallait jongler avec des piles de revues. Il a alors été décidé de sous-traiter cette tâche à un professionnel de l'expédition, un routeur. Cela a bien sûr un certain coût, et a nécessité l'abandon des fameuses enveloppes kraft. La mise sous enveloppe est maintenant réalisée automatiquement par une machine qui fonctionne traditionnellement avec des films plastiques. Des systèmes automatisés de mise sous kraft thermocollé sont également proposés dans certains pays, mais nos recherches dans ce sens n'ont pas abouti, très peu de fournisseurs semblent le proposer (coût plus élevé, réglage des machines plus délicat). Nos 3 600 abonnés ne représentent pas non plus " un marché " suffisamment important pour imposer à notre routeur d'adopter un système kraft juste pour nous. Il existe aussi certains plastiques à base d'amidon de maïs qualifiés de " biodégradables ", mais cette qualité reste à vérifier : il semble que, dans la plupart des cas, les molécules dégradables ne servent qu'à fractionner en petits morceaux le plastique, qui est toujours bien là ! Si vous avez des renseignements sur ces plastiques et des fournisseurs pour la mise sous plastique postale, n'hésitez pas à nous les communiquer à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Pour finir, le film plastique présente au moins un avantage pour le lecteur, il protège mieux la revue durant le transport, celle-ci risque moins d'être pliée ou abîmée.



Comment est calculé le prix de La Garance ?

Le prix de vente de la revue est en fonction de nos charges, l'objectif étant pour nous d'obtenir suffisamment de ressources pour boucler le budget que l’on souhaite en équilibre. Bien que dans la presse traditionnelle, vous pouvez effectivement vous procurez des revues en quadrichromie à des prix inférieurs à La Garance, il faut toutefois préciser que plusieurs éléments entrent en ligne de compte :
- tout d'abord, les recettes publicitaires : dans certains magazines, elles financent une grande partie du fonctionnement. Dans La Garance, il n'y a aucune publicité, si ce n'est de rares encarts jetés dans la revue (mais qui sont parfois des opérations facturées à prix coûtant pour soutenir une initiative). Nos recettes dans ce domaine sont donc nulles et c'est un choix que nous défendons ardemment pour vous proposer une revue de qualité ;
- le coût de fabrication, notamment l'impression, est également corrélé avec l'importance du tirage : une revue imprimée à 100 000 exemplaires coûte beaucoup moins cher à l'exemplaire qu'une revue qui tire à 4 500 numéros comme La Garance. Il en va de même de l'ensemble des charges de réalisation qui sont amorties sur un nombre d'exemplaires beaucoup plus grands.

D'autres facteurs entrent également en compte dans le contexte d'une production associative qui est la nôtre. Une grande partie du travail est réalisée bénévolement, en particulier toute la rédaction des articles, la coordination et la relecture, ce qui allège d'autant le coût réel de la réalisation de la revue ; si toute l'équipe était salariée, ou les prestations payantes, le vrai coût de production de la revue dépasserait sûrement les 7,5 €. Depuis 1997, des évolutions importantes ont eu lieu :
- certaines tâches qui devenaient trop lourdes à gérer en bénévolat ont été professionnalisées comme le routage et certaines parties de la gestion et du secrétariat ;
- la pagination moyenne de la revue a augmenté avec 32 pages en 1997 et 48 pages aujourd'hui pour les numéros normaux (les numéros spéciaux sont souvent plus volumineux) ;
- au fil des années, nous avons pu constater que pour maintenir une haute qualité de dessins pour illustrer la revue, il fallait faire appel le plus souvent à des dessinateurs professionnels qui nous facturent leurs illustrations ;
- La Poste a également poursuivi une politique régulière d'augmentation de ses prix d'affranchissement pour la presse ;
- enfin, la réforme fiscale des associations nous a déclaré " activité à but lucratif " et nous a soumis à l'impôt sur les sociétés ! En dehors de la difficulté pour notre équipe animée par une passion désintéressée d'accepter ce classement mercantile, cet impôt (qui reste forfaitaire à ce jour, notre activité ne dégageant aucun bénéfice) est venu se rajouter dans les charges.

Ajoutons que notre politique salariale est d’autofinancer au maximum les emplois créés en sortant progressivement des dispositifs d’aides qui nous ont permis d’ouvrir de nouveaux postes. Nous avons actuellement trois salariés qui bénéficient d'une convention collective que nous avons signée leur garantissant de bonnes conditions de travail, ce qui nous semble important. Enfin, l'association La Garance voyageuse est très peu subventionnée, en moyenne 10 % de son budget annuel, ce qui est pour nous un gage d'indépendance !
Notre équilibre financier tient aussi à la fidélité du petit millier de personnes qui nous soutiennent en adhérant à l'association. L'édition d'une revue libre, originale, non entachée de publicité et de qualité a un coût que nous souhaitons le plus juste possible.